Association "Les Amis du Château et du Patrimoine de Villebois-Lavalette"

1 Grand’rue - Place des Halles 16320 Villebois-Lavalette

Tél : 05 45 62 28 44 - 06 87 70 05 78

infochateaupatrimoinevillebois@orange.fr

www.chateaudevilleboislavalette.com

 Contact Présidente : 06 87 70 05 78  /  claudine.gallien@wanadoo.fr

 ========================   

    OUVERTURE de l' Accueil, 1 place des Halles ** 

Mardi, mercredi Jeudi et vendredi de 10 h 00 à 12h30  

Le Samedi  de  9 h 30  à 12h30  Ouvert

Important cet accueil est ouvert uniquement si nous n'avons pas de visiteurs au château

( Si visites , l'accueil du château est ouvert et celui ci est fermé)

Contactez nous.....‍‍ 

L'association les amis du château et du patrimoine organise toute l'année des visites et animations qui vous permettront de découvrir le village de Villebois-Lavalette ainsi que son château.    

 


Carte de la Charente


Historique de la Charente

Le département a été créé à la Révolution française, le  en application de la loi du . Il a été formé autour de l'Angoumois et de son ancienne capitale, Angoulême, qui a été choisie pour être le chef-lieu d'un département qui intégra à l'ouest le Cognaçais (des limites de l'actuelle Charente-Maritime jusqu'à Bassac) et le Sud-Charente avec Barbezieux-Saint-Hilaire, qui faisaient partie de la Saintonge, et à l'est les terres limousines du Confolentais, ainsi que quelques communes du Poitou au nord et du Périgord au sud1.

La Charente a été habitée dès le paléolithique moyen (sites de VilhonneurGardes-le-PontarouxSersMouthiers)13.

Au cours de l'Histoire, il n'a jamais vraiment existé d'unité, ni politique, ni religieuse, ni judiciaire, ni même linguistique, les langues d'oil ayant progressé sur les langues d'oc entre les xiie et xixe siècles14. La coupure entre l'Angoumois à l'est, centré sur Angoulême, et la Saintonge à l'ouest, centrée sur Saintes et englobant Barbezieux, a perduré jusqu'à la Révolution et n'a d'ailleurs pas totalement disparu.

La Saintonge est ainsi nommée car elle était le territoire des Santons, tandis que l'Angoumois aurait été le territoire d'une autre tribu, plus petite, et dont on ignore encore le nom. Pendant l'occupation romaine, toute la Charente est devenue une riche région gallo-romaine dont il reste en particulier les thermes de Chassenon et le théâtre des Bouchauds.

À la suite des grandes invasions et de l'effondrement de l'Empire romain, le département comme l'ensemble de l'Aquitaine à laquelle il appartient, entre dans une période troublée par les guerres entre conquérants et les raids des Arabes puis des Vikings.

À l'époque médiévale, des places fortes ont été érigées entre le xe siècle et le xiie siècle, période pendant laquelle chaque village a également construit son église romane. Villes et châteaux fortifiés (CognacAngoulêmeVillebois-Lavalette…) ont été mis à mal durant la guerre de Cent Ans et l'occupation anglaise. Celle-ci se termine en Charente avec la prise de Chalais en juin 1453, un mois avant la bataille de Castillon.

Reconstruits, châteaux et églises ont souffert des guerres de religion, qui ont été un désastre pour ce département (départ de plus de 50 % des artisans)1.

Les Charentais ont formé une partie importante des colons de la Nouvelle-France (Québec).

Durant la Révolution, peu d'évènements marquants sont à signaler - si ce n'est la création du département de la Charente - et la Terreur y a été très modérée.

Le commerce se faisait par le fleuve (sel, cognac, matériaux…) et diverses industries (papeteries, fonderies…) datent du xviie siècle.

Le xixe siècle avec la révolution industrielle et le commerce du cognac a été une période de grande richesse15. La crise engendrée par le phylloxéra, qui a commencé à ruiner le vignoble charentais dès 1872, a provoqué un fort exode rural qui, cependant avait déjà commencé dès 1851, année où le département a atteint son record démographique. À cette baisse de population se sont ajoutées les saignées des guerres et la Charente n'a toujours pas retrouvé son niveau de population de 18511.

Durant la Seconde Guerre mondiale, sa position coupée en deux par la ligne de démarcation avec l'Ouest, zone occupée, et l'Est, zone libre, explique l'organisation rapide de réseaux de résistance16.

Au 1er janvier 2016 la région Poitou-Charentes, à laquelle appartenait le département, fusionne avec les régions Aquitaine et Limousin pour devenir la nouvelle région Nouvelle-Aquitaine.