Le promoteur et ses rêves de châteaux

Publié le  par Jean-Bernard Gilles.

Professionnel de l’immobilier hors normes, Norbert Fradin collectionne des colonnes grecques du Péloponnèse, des péristyles et des chapiteaux millénaires dans son hôtel particulier, situé dans le centre de Bordeaux.                                                                                           

Amoureux des vieilles pierres, Norbert Fradin achète et rénove des châteaux afin que le patrimoine reste vivant….

A 62 ans, Norbert Fradin cultive encore plusieurs passions. Il en a les moyens financiers, mais surtout l’énergie. C’est le temps qui manque surtout à ce promoteur hors normes, féru de culture et d’histoire, le plus souvent en jean et baskets quand d’autres ajustent costume et cravate, l’allure lunaire et détachée, mais très au fait de ses investissements.

Norbert Fradin est né en Charente-Maritime, entre Royan et Jonzac. Son père était maçon et sa mère fonctionnaire. Il passe son bac en candidat libre et choisit des études de droit qui le mènent à Bordeaux. Il devient père à 19 ans et doit donc assumer plus vite que d’autres ses responsabilités.

Le jeune homme entre dans un cabinet immobilier et monte très vite sa propre affaire de promotion. Il construit des petits immeubles collectifs à Royan et Bordeaux. C’est dans la rénovation de biens anciens ou dégradés, dans le quartier des Chartrons – avant qu’il ne devienne tendance -, et dans la construction des premiers logements étudiants à la Victoire et à Pessac qu’il se forge le caractère et commence à prospérer. Doucement, mais sûrement. L’homme a de l’entregent, des amis bien placés, et c’est un professionnel. « Nous n’étions pas si nombreux sur Bordeaux dans les années 1980, se souvient-il. Il y avait de belles opérations à faire à des prix sans commune mesure avec ceux d’aujourd’hui. »

Amateur d’art…

Fradin Promotion assoit sa réputation dans la ville, ne réussit pas tous ses programmes mais profite, comme d’autres, du rebond urbain de Bordeaux à compter de 1995 jusque dans les années 2000. Son entreprise, où travaillent ses trois enfants aujourd’hui, va bien mais ne lui suffit plus. Car l’homme est un esthète cultivé. Il aime les vieilles pierres.

Dans son hôtel particulier du centre de Bordeaux, il collectionne les bénitiers de l’époque médiévale, des colonnes grecques du Péloponnèse, des péristyles et des chapiteaux millénaires… Son émotion est sincère lorsqu’il les décrit à ses visiteurs. Ces acquisitions côtoient des centaines de maquettes de bateaux et de voitures de course dont il demeure un amateur, avec notamment six tours de France auto à son actif.

Norbert Fradin a très bien gagné sa vie en tant que promoteur. Il a développé cette activité au moment où Bordeaux connaissait un vrai renouveau. En bon professionnel, il a su anticiper des acquisitions foncières qui sont la clé du succès dans ce métier. « Les cours du Médoc ou de la Martinique étaient des limites urbaines très improbables dans les années 1980 », rappelle-t-il.

… et de patrimoine

L’homme d’affaires paie l’impôt sur les grandes fortunes et ne s’en plaint pas. Car il a une façon originale de dépenser cet argent. Pas de villas à Saint-Barth ou de chalets à Saint-Moritz (Suisse), il achète des châteaux sans y habiter. Seulement pour les rénover.

En 2000, il reste sans voix devant le château de Villebois-Lavalette, un castrum du XIIe siècle aux limites de la Charente et de la Dordogne. Depuis, il a dépensé quelques millions d’euros, en partie défiscalisés, pour lui redonner vie et éclat. « Nous y avons mené avec les services de l’État des fouilles archéologiques qui ont permis de sortir de terre une salle romane de 35 mètres de long », dit-il les yeux encore pleins d’émotion.

Il a confié la gestion du château à une association. L’exploitation est équilibrée. Mais ce qui compte pour ce promoteur, conscient que les crédits publics seront de plus en plus rares, c’est d’être le passeur de ce patrimoine exceptionnel.

En 2005, c’est sur le château du Prince Noir qu’il met la main, en accord avec le maire de Lormont. Ce verrou de Bordeaux sur la Garonne a longtemps été la propriété des archevêques de Bordeaux. Édouard de Woodstock y a séjourné.

Norbert Fradin y a, cette fois, installé ses bureaux, un restaurant qu’il confie vite à Jean-Marie Amat, le grand chef bordelais (lire ci-dessous), et y accueille régulièrement des colloques culturels ou des artistes.

Pour quelques centaines de milliers d’euros, il achète aussi en 2010 le château de Villandraut, construit en 1305. Celui de Clément V, qu’une société civile immobilière de 60 membres ne pouvait plus entretenir.

La restauration est en cours. « C’est un des rares châteaux de l’époque qui n’a pas été transformé, et nous travaillons avec passion avec la Drac à sa restauration. »

Libre de ses choix

Le château proche de Budos et, plus récemment, une belle demeure de Corrèze tombent à leur tour dans son escarcelle. « Je ne les cherche pas », tente de convaincre Norbert Fradin, qui ne sait pas s’il transmettra cette même passion à ses enfants. « Ce sera à eux de passer ce patrimoine à d’autres pour qu’il reste vivant et soit redonné au public », répète sans cesse le promoteur, déjà parti sur un autre projet, bordelais cette fois.

D’ici à 2015, Norbert Fradin va se lancer dans la construction d’un musée de la marine et de la mer. Il dispose de maquettes de toutes tailles et de navires-écoles des marines française, italienne ou britannique. Un ami collectionneur monégasque, Gildo Pallanca, lui cédera une partie de la collection Pastore qui devait partir pour Turin.

Le professionnel de l’immobilier investira une vingtaine de millions d’euros pour ce projet sur les bassins à flot de Bordeaux. Il en a confié la conception à l’architecte Gilles Brochet. « Le passé maritime de la ville s’impose à nous », explique-t-il. Il imagine un musée où le travail de tous les artisans de la mer sera mis en lumière. Comme un hommage au passé. Avec son argent, là encore. Il lui permet d’être libre de ses choix. Et de ses envies.

 

Musée de la Mer et de la Marine de Bordeaux

              Dans le cadre du réaménagement du quartier des Bassins à Flot à Bordeaux, FRADIN PROMOTION réalise                          le Musée de la Mer et de la Marine qui verra le jour en 2018

https://www.museedelamerbordeaux.fr/

NORBERT FRADIN: Le Festin #101 - La vie de châteaux Mars 2017

« LE PATRIMOINE FRANÇAIS A BESOIN DE L’INTERVENTION DE TOUS. »

Promoteur immobilier de profession, mais surtout passionné par le patrimoine et sa préservation, Norbert Fradin est l’homme qui porte le projet du Musée de la Mer et de la Marine. 

Il a récemment accordé un entretien à Dominique Godfrey, pour le magazine Le Festin, où il se livre au sujet de sa passion et de son action pour la préservation du patrimoine, au travers de l’acquisition et la restauration de châteaux et monuments d’époque.

Il y a abordé son rôle dans la reprise et la rénovation de châteaux du Moyen-Âge :

« Je ne cherche pas à jouer les châtelains, je ne m’en sers pas à titre personnel. Je les conçois comme des lieux publics portés par un privé, moi en l’occurrence, qui consacre de l’argent à la restauration des bâtiments et au financement des fouilles archéologiques. Et je le mets gratuitement à la disposition d’associations locales dont le rôle consiste à les montrer au public. 

C’est une forme d’action de bon aloi qui permet de valoriser ces monuments et de les préserver. Je les vois comme des éléments fédérateurs pour la région dans laquelle ils sont situés, et les travaux comme un accompagnement qui permet d’éviter leur dégradation constante. »

Il y parle également de sa manière de choisir les monuments qu’il soutient :

« Le choix, c’est toujours une rencontre avec un monument. Je choisis certains lieux parce qu’il y a une action à mener, des choses à faire. Cela s’est toujours passé comme ça. Ce que je cherche, c’est de pouvoir accompagner ces monuments pour qu’ils continuent leur histoire un peu plus longtemps.

 Un siècle de plus. Après, dans 100 ou 150 ans, il faudra que d’autres prennent le relais.  

Et de conclure au sujet de son engagement pour le Patrimoine :

« Pour ce qui me concerne, cela relève certainement d’un devoir, mais c’est aussi un plaisir, et j’agis naturellement. »

Plein phare sur Norbert Fradin

 

France 3 Nouvelle-Aquitaine / Ajoutée le 16 oct. 2017 

 

https://www.youtube.com/watch?v=plMQr9NPD58